Le phénomène des sociétés "Born To Be Bought" ("nées pour être achetées") est de retour mais il a muté depuis la 1ère vague Internet. Le "BORN To Be Bought" est devenu le "BETA To Be Bought".

Lors de la 1ère vague Internet, les sociétés B2BB étaient rachetées après avoir développé leur traffic / leur technologie au-delà de la version béta. L'idée sous-jacente justifiant cette transaction était une sorte d'échange "succès du concept contre rachat" entre des entrepreneurs ayant pris le risque de la création d'activité et des investisseurs. Tout cela se faisait de façon plus ou moins formelle dès le départ. Version informelle : dès sa naissance, la société B2BB développait son application / site en vue d'être rachetée par une société déjà établie et prête à investir pour accroitre sa présence sur Internet après les premiers succès de cette société (succès plus ou moins viable à long terme). Version formelle : la société B2BB incorporait dans son capital de départ un actionnaire qui était prêt à payer un peu pour observer de près la rencontre du produit avec le marché et à payer bien plus par la suite pour prendre le contrôle de la société. Ahhh, les grandes promesses d'introduction en bourse au début d'une aventure entreprenariale qui se transforment en revente pure et simple 1 à 2 ans après...

A Beta, Beta et demi Le B2BB de la 2nde vague est un peu différent : ce n'est plus simplement un phénomène de "Born To Be Bought", c'est un véritable phénomène de "Beta To Be Bought". A peine les sociétés ont développé un concept Beta perçu comme novateur par les primo-utilisateurs, à peine sont-elles rachetées. Deux exemples récents : Writely (word en ligne) racheté par Google, les rumeurs de rachat d'Eurekster par Microsoft. Le signe "version Béta" devient quasiment une AOC, un signe distinctif de confiance 2.0 signifiant "je suis innovant et je vais à la rencontre de mes primo-utilisateurs" : Wikio Beta, Wists Beta, Foldera Beta (qui vient d'envoyer aujourd'hui un mail à ses Béta testeurs pour leur annoncer que, devant l'explosion de l'affluence, ils restreignaient très fortement l'accès à leurs services), Yahoo Search My Web 2.0 Béta, ZoomClouds (qui, avec humour, est en version "Zeta"), etc, etc.

Les rachats se font de plus en plus en amont de la commercialisation. Alors, qui se propose pour développer un Powerpoint avec une pointe de Flash en mode ASP pour le revendre à Google ?

Billets connexes :
Ziki, il s'appelle Ziki
Start-upeurs web 1.0 et 2.0 ou comment certains ratent le coche