Dans un précédent billet, j'évoquais la tenue de la conférence sur le commerce électronique 2.0 par Marc Lollivier, DG de la FEVAD. Quelques photos ont été mises sur mon Flickr et le compte-rendu est ci-dessous.

Le 20 juin, le club E-numérique a reçu le délégué général de la FEVAD, Monsieur Marc Lolivier. Dans un exposé complet et détaillé, Monsieur Lolivier a rappelé les caractéristiques principales de la FEVAD, tant en terme de représentativité qu’en terme de mission. Créée en 1957, cette association a su prendre le virage des nouvelles technologies en saisissant rapidement l’importance du commerce électronique.

Sous l’impulsion de Marc Lolivier, auparavant directeur juridique de Reader’s Digest et auteur de différentes publications sur le commerce électronique, la Fevad est un des acteurs régulièrement consulté par le gouvernement sur les dispositifs ou codes de bonne conduite qui peuvent être mis en place dans le domaine du commerce électronique. En début de mois, Renaud Dutreil (ministre des PME, du commerce et de l’artisanat) a ainsi signé la charte de confiance avec les plateformes des ventes entres internautes élaborée par la FEVAD à sa demande.

Un dispositif complet d’études et d’analyse qui permettent de bien comprendre les caractéristiques du commerce électronique en France Plus généralement, la FEVAD a su mettre en place des dispositifs d’étude et d’analyse importants qui font d’elle une source qui fait autorité sur le marché français. Cela comprend notamment :
le baromètre trimestriel dans le cadre duquel est publié l’Indice du Commerce Electronique, dont la méthode et le traitement de donnée ont été validés par KPMG, l’enquête annuelle développée avec TNS Sofres qui porte sur un sujet essentiel qui est la satisfaction des clients, une autre enquête annuelle est conduite avec Médiamétrie qui analyse plus précisément la place et le rôle d’internet dans les habitudes de consommation et la vie quotidienne des internautes, tout ceci est complété en tant que de besoin par des études ponctuelles ciblées telle que celle mise en place avec le Credoc sur les acheteurs et cyberacheteurs, ou encore celle développée avec CoPilot partner qui a mis en place une analyse sur le commerce interentreprises.

La France championne d’Europe de la croissance du commerce électronique depuis deux ans

L’ensemble de ces outils permet à la Fevad de développer une analyse novatrice sur le sujet du commerce électronique, qui s’ajoute à la production de données de base qui permettent d’appréhender les tendances clés du commerce électronique. Ainsi s’impose le constat selon lequel la France est depuis deux ans championne de la croissance du commerce électronique en France avec un chiffre d’affaires en augmentation de +53% en 2005. Contrairement aux idées reçues, les bénéficiaires de cette croissance ne sont pas seulement ceux que l’on qualifie de « pure players » (sociétés 100 % internet) dont les scores atteignent + 59% en 2005. A leur côté figurent en bonne place les vendeurs à distance traditionnels avec une augmentation de 53% des ventes, et les acteurs de la distribution classique qui bénéficient de chiffres d’affaires en augmentation de 39%.

Vers une complémentarité croissante des canaux de distribution

En fait, l’étude réalisée par Médiamétrie prouve qu’il existe des synergies positives entre le commerce traditionnel et le commerce « on line », plutôt que de cannibaliser les ventes des magasins, Internet est souvent utilisé par les consommateurs en amont pour préparer l’acte d’achat. Réciproquement les catalogues et les surfaces commerciales servent également à permettre aux consommateurs de mieux apprécier les caractéristiques d’un produit qui sera acheté « on line ». Le commerce électronique accélère également une évolution en cours du secteur de la distribution qui pour préserver et conquérir des parts de marché doit innover et prendre appui sur ses forces intrinsèques en tant que lieu de passages, lieu d’échanges, et lieu de contacts avec les consommateurs. Parallèlement un nombre croissant de « pure players » (tels que lastminute.com, ou encore Pixmania) investit dans la location de surfaces commerciales, qui s’avèrent importantes pour renforcer la satisfaction et la confiance des consommateurs.

Le commerce électronique 2.0

Porté par de nouveaux usages tels que les blogs, les sites communautaires ou encore l’émergence de nouvelles technologies, le commerce électronique est appelé à évoluer. Ses futurs succès seront fonction de la capacité à conjuguer déontologie et éthique dans la gestion des consommateurs et innovations.

Claudine Schmuck
Présidente Club E-numérique

Source : Association des Anciens Sciences Po