[Marketingrama.com] Veille marketing, technologies, innovations et autres curiosités. Et vous, qu'en pensez-vous?

A propos de l'auteur

Emmanuel Fraysse
ef(at)marketingrama.com
Plus d'infos

Calendrier

« juillet 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Abonnez-vous a ce blog par email

Email :
Inscription
Desinscription

Syndication

Add to netvibes
Google Reader or Homepage
del.icio.us Marketingrama.com

Add to My Yahoo!
Subscribe with Bloglines
Subscribe in NewsGator Online

myFeedster
Add to My AOL
Subscribe in Rojo
Add 'Blog de Marketingrama.com' to Newsburst from CNET News.com

Du bon


Coblogging
Recommand par des Influenceurs.


Loto mondial humanitaire
Recommand par des Influenceurs.







Chattez avec moi




jeudi 27 juillet 2006

Vous êtes blogocentrik ? Lisez ces études !


2 études sur les blogs sont parues récemment :

* Via Georges de crmmetrix, j'ai découvert le Baromètre de la Blogosphère (BaroBlogs)

26,7% des internautes français consultent au moins un blog chaque mois. 18,8% ont déjà déposé un commentaire sur un blog, 8,1% ont déjà créé un blog. Grâce aux blogs, l’internaute devient véritablement acteur du web et du monde puisque les blogs permettent une plus grande liberté d’expression (92,2%), sont réactifs et interactifs (81,3%), permettent une meilleure proximité entre intervenants (75,7%) et sont considérés comme plus critiques que les autres moyens d’informations (62,9%).


En savoir plus sur le blog de Laurent Flores (crmmetrix)

* Pew Internet et American Life Project a publié l'étude "Bloggers: A portrait of the internet's new storytellers"

A national phone survey of bloggers finds that most are focused on describing their personal experiences to a relatively small audience of readers and that only a small proportion focus their coverage on politics, media, government, or technology. Blogs, the survey finds, are as individual as the people who keep them. However, most bloggers are primarily interested in creative, personal expression – documenting individual experiences, sharing practical knowledge, or just keeping in touch with friends and family.


A noter quand même que 34% des bloggueurs interrogés assimilent cette activité à une forme de journalisme.
Télécharger l'étude (.pdf)



Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

mercredi 26 juillet 2006

Ici, blog climatisé !


Ouhhh que c'est dur de blogguer "sérieux" avec cette chaleur. Donc, je vais allier blog et climatisation en vous proposant 2 restaurants où il faut bon manger au frais.

Miam Vous croyez que la cuisine japonaise se résume aux sushis ? Allez faire un tour au Toraya découvert grâce à Flo. Vous y dégusterez notamment les Wagashi (patisserie japonaise) en sirotant un thé "matcha". Dépaysement et délice des papilles assurés.

In the mood of... gourmandises Vous aimez les ambiances asiatisantes plutôt chics ? Allez faire un tour au Mood proche des Champs Elysées. Leur macaron à la rose, framboises, coulis de tamarillo est particulièrement affriolant.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

lundi 24 juillet 2006

Spamplemousse, c'est propre


Devant la forte recrudescence des spams à caractère "casse-machins-truks", j'ai enfin installé Spamplemousse sur mon blog. Je trouve ce plugin vraiment efficace. Les spams sont très correctement bloqués. Vivement la sortie de Dotclear 2 non béta avec Spamplemousse intégré !
Et vous ? D'autres plugins anti-spams à conseiller ?


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

jeudi 20 juillet 2006

10 règles d'or pour réussir son business de jeux d'argent en ligne


Jouer, c'est gagné ? Billet cobloggué par :
- Olivier Douard, éditeur du Blog Webmarketing, E-commerce, Referencement et E-business
- Emmanuel Fraysse, éditeur de Marketingrama.COM et Marketingrama.INFO (nouveau!).

Envie de coblogguer ? C'est par ici ! PS: on vous conseille Writely, excellent pour un bon coblogging à distance.



Il y aurait plus de deux millions de joueurs d'argent en ligne en France! Un phénomène étonnant vis à vis du monopole des jeux d'argent en ligne dans l'hexagone. Malgré l'omniprésence offline de la Française des jeux, Internet permet à des sites non situés en France de se faire une place sur le marché des jeux d'argent online et de construire des véritables success-stories. Dominé par Unibet et BetandWin, le marché de l'online séduit par son interactivité et ses perspectives de gains plus importantes. Tour d'horizon des 10 règles du site de jeux d'argent en ligne.

Règle numéro 1 : Être glocal

Les jeux d'argent en ligne sont "glocaux" : Ils constituent un business mondial avec des règles universelles mais nécessitent une adaptation au niveau local. En effet, la marque, les styles de jeux en-ligne, les facteurs de motivations des parieurs existent au niveau mondial mais les spécificités locales sont à prendre en compte pour assurer la conquête et la fidélisation de joueurs de différentes nationalités. Afin de coller à la réalité locale, la politique de communication est fondamentale : un budget de communication plus ou moins conséquent sera destiné à faire connaitre et faire parier les joueurs "locaux". Cette règle est encore plus vraie si les paris en-ligne concernent des équipes nationales comme dans le cadre de la Coupe du monde de foot.

Règle numéro 2 : S'expatrier

Pourquoi les sites d'argent en ligne se voient dans l'obligation de s'expatrier? Le Syndicat des Casinos Modernes a déposé auprès de la cour européenne une plainte contre l'Etat français et la Française des jeux pour abus de position dominante et discrimination en matière de concurrence. La commission européenne a dans la foulée entamé une vaste étude basée sur 7 pays, dont la France, afin de s'assurer que les lois nationales interdisant les sites d'argent en ligne existaient pour d'autres raisons que la simple protection d'un monopole où les Etats sont clairement bénéficiaires. La situation semble donc avancer mais en attendant, la solution semble se trouver dans le bras de fer. Transition toute trouvée pour parler de Zeturf, site de conseils pour amateurs de courses hippiques et accessoirement offrant la possibilité à ses internautes de parier en ligne directement sur son site. Le PMU, fort de son monopole depuis 1891 fait tout depuis 2004 pour voir Zeturf fermer. En vain! Zeturf, condamné le 8 juillet 2005 à cesser son activité commerciale continue son marché s'appuyant sur une licence européenne tout à fait valable et sur sa localisation à Malte lui permettant de prendre quelques libertés vis à vis de la loi française.

Règle numéro 3 : Des services innovants

Pour se différencier de l'existant en offline, les sites de jeux en ligne rivalisent en créant des services innovants adaptés à l'Internet et par définition inadaptables à l'offline. Depuis peu est ainsi apparue une nouvelle forme de paris : les Live. Il est ainsi possible de parier pendant une rencontre de foot, de handball... Une révolution pour les parieurs. Les cotes évoluent au fur et à mesure de l'avancement de la rencontre et en fonction du déroulement de la rencontre.


ex: Bet and win



Pour aider les parieurs, les sites multiplient également leurs efforts. De nombreuses statistiques sont ainsi proposées aux joueurs soucieux de connaître l'historique de la rencontre de football sur laquelle ils s'apprêtent à miser.

Unibet a proposé également les services Live avec la Coupe du monde de football 2006. La société leader en Europe pour les sites d'argent en ligne a récemment lançé une version mobile de son site internet pour donner la possibilité à ses clients de miser à l'aide de leur téléphone portable.


ex: Unibet

Règle numéro 4 : Clarté, transparence et facilité

Les sites de jeux d'argent ont bien compris que pour faciliter le processus de mise, toutes les données doivent être comprises par les utilisateurs. Des systèmes de démo très évolués sont donc mis en place expliquant les différentes étapes d'un pari. Pour certains jeux plus compliqués comme le Poker, des initiations gratuites sont également proposées aux internautes afin de se laisser tenter par l'appel du jeu.


ex: Unibet

Cette approche explicative ne concerne pas uniquement les règles des différents jeu (ici le poker par exemple) mais l'ensemble des activités proposées par ces sites. L'enjeu est de taille, comme pour l'e-commerce classique, l'internaute peut avoir peur de franchir le pas. Si la française des jeux bénéficie d'une notoriété énorme offline dans la communauté des joueurs et n'a plus à faire ses preuves en matière de redistribution des gains, les acteurs de l'internet doivent s'imposer en mettant en place un système irréprochable d'un bout à l'autre du processus de jeu. Et c'est bien là que les sites Internet de jeux d'argent en ligne ont des progrès à faire, les acteurs sont encore trop jeunes pour réellement avoir une image solide aux yeux des parieurs. Si Unibet et Betandwin semblent avoir pris une longueur d'avance sur leurs concurrents à ce niveau, de nouveaux sites entrent dans la course régulièrement augmentant le flou autour du jeu d'argent online.

Règle numéro 5 : Une communication moderne et provocante

La cible des sites de jeux d'argent étant principalement masculine, les sites comme Unibet n'hésitent pas à s'adresser directement à la gente féminine. L'avenir du jeu d'argent est-il là?



De là à oublier sa clientèle masculine... Certainement pas. Au cours de la coupe du monde de football 2006 disuptée dernièrement en Allemagne s'est déroulée une compétition parallèle sur le Web : "Wet t-shirt World Cup ", autrement dit la coupe du monde de t-shirts mouillées. Qui se cache derrière cette opération de marketing viral? Unibet! Ne cherchez pas via le site une allusion à la plateforme de jeux en ligne, il n'y en a pas, Unibet ayant préféré jouer sur la confidentialité et l'intrigue de cette "buzz competition". Au point de tromper Culture Buzz , le portail du Buzz marketing, himself!

Règle numéro 6 : Jouer sur l'émotion et les "appâts"

Il ne suffit pas de proposer de simples incentives aux parieurs, c'est l'émotion qui créé l'action. 2 exemples à l'appui. Le poker explose actuellement notamment grâce à une repositionnement de son image autour du côté "jeu". Il y a quelques années, le PMU a insisté, avec succès, sur le côté sport pour attirer de nouveaux adeptes, ... La notion d'appât, que l'on doit à Seth Godin, correspond à celle d'incentive mais en y ajoutant une forte dimension émotionnelle. Les gens veulent des belles histoires et pas seulement un discours "bénéfices client / avantages / preuves". Il suffit de voir un match de l'équipe de France en groupe pour s'en convaincre : la coupe du monde, c'est plus qu'un évènement de sport donc les paris sur un match de foot sont plus que de simples paris d'argent sur la victoire de telle ou telle équipe.

Règle numéro 7 : Prendre un parrain pour la comm'

Marcel Dessailly pour Betclic, Djibril Cissé et Lothar Matthaus pour Unibet... Les sites de jeux d'argent en ligne recherchent en la personne du parrain une crédibilité et une notoriété (transfert d'image).

ex: Dessailly pour Betclic



Avantages :
- le joueur rassure les parieurs qui ne connaissent pas forcément le site de jeu en-ligne
- le sponsoring est d'autant plus réussi que le joueur bénéficie d'une image positive liée à ses résultats actuels ou à ses résultats passés (Desailly = confiance, solidité, sécurité)

Inconvénients :
- dans le cas d'un joueur "encore en activité", de mauvaises performances peuvent rejaillir négativement sur l'image du sponsoring
- les multiples contrats de sponsoring pour un même joueur peuvent brouiller l'image de l'annonceur
- question de l'identification à un joueur et donc bien souvent à une équipe: est-ce se mettre à dos le sud de la France que de prendre en parrain un joueur du PSG?

Règle numéro 8 : Des campagnes de communication ultra-fréquentes pour maintenir la pression

La stratégie d'encerclement est claire : un maximum de présence partout, tout le temps avec une forte dose de pub on-line notamment pour contourner les législations nationales à moindres coûts
Tous les leviers on-line sont utilisés :
- Liens sponsorisés (Google n'accepte plus ce type d'annonceurs depuis 2 ans, Yahoo/Overture moyennement et Miva est plus souple)
- Pub on-line: pop under, bannières, ...
- Partenariats portails : Partenariat publicitaire entre Unibet.com et Racing Live
- Affiliation : Quelques programmes
Il existe même des régies verticalisées comme Gambling affiliation
A côté de ces leviers on-line officiels figurent les pratiques du spam par mail et sur les blogs qui sont particulièrement fréquentes pour le moment. Le spam est toujours pratiqué car il serait malheureusement encore rentable comme le soulignait récemment un journal américain.
En complément des leviers on-line, les leviers off-line s'inscrivant dans une logique de marketing alternatif / guerrilla marketing sont utilisés par les sites de jeux en ligne : "skinvertising", "streakers" avec nom des sites écrits sur la poitrine (ou ailleurs...) lors des évènements sportifs. Parmi les annonceurs les plus actifs, GoldenPalace est connu pour ses coups d'éclats notamment lors de la finale du SuperBowl et du tournoi de Roland Garros (http://www.thestreaker.org.uk/main.htm).

Règle numéro 9 : Coller à l'actualité

Faire coller le jeu en-ligne à l'actualité est une façon de susciter l'attention des potentiels joueurs avec efficacité. Par exemple, comme bien d'autres pays, la France a vécu au rythme de la Coupe du Monde (même s'il existait des réticents comme Jérémie Berrebi avec sa fronde anti-foot qui cartonne) ! La Coupe du Monde, une occasion révée pour capter de nouveaux parieurs fans de foot. Christophe Dhaisne, directeur marketing online d'Unibet, prévoyait de multiplier son volume d'affaires brut par 4 ou 5 durant l'événement (info JDNet). Je (Emmanuel Fraysse) ne sais pas qui leur a fourni mon adresse email mais je reçois quasiment quotidiennement des mails pour me faire basculer du côté des parieurs !

Règle numéro 10 : Aggressivité sur la politique de prix

La concurrence avec les circuits "réels" obligent les acteurs du jeu en ligne a être aggressifs dans leur stratégie de conquête en termes de prix. L'arsenal de conquête comprend notamment les incentives suivants :
- potentialités de gains sur le net supérieures à celle hors Net
- offre "découverte : 30 euros offerts pour tout premier versement
- premier pari remboursé (dans la limite de 15 euros)
- Gamebookers offre à chaque nouvel adhérent pariant au moins 45 euros un maillot officiel de l'équipe de son choix (info JDNet)




Il est également possible de parler du succès du poker online et notamment de la convergence online - offline. Pour les tournois de poker les plus réputés au monde, les plus talentueux joueurs online ont la possibilité de gagner des invitations où tous les frais d'inscriptions sont pris en charge par le site de jeux. L'inscription aux tournois les plus prestigieux atteint 10 000 dollars et les récompenses y sont astronomiques. Si pendant longtemps les joueurs online étaient regardés de haut dans les tournois de poker offline, il n'est plus rare de voir s'y imposer des joueurs issus des qualifications par le Web, ceux-ci touchant par la même occasion un énorme chèque attirant ainsi de plus en plus d'adeptes au poker sur Internet.

D'après vous, quelles sont les autres règles pour le business des jeux d'argent en-ligne ? Pour vous faire votre propre idée, une très bonne émission de Plein ecran consacrée aux jeux d'argent en ligne.

Coblogging
Recommandé par des Influenceurs.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

mardi 18 juillet 2006

Décryptage : le MVNO Ten, c'est Net


Le 8 juin dernier, un 11ème MVNO a été lancé en France : Ten. Que peut-on dire de ce MVNO ? Quelles sont ses spécificités ?

La stratégie marketing

Ten, c pro. Ten se positionne comme le MVNO le plus Net. Ce qui se reflète d’ailleurs dans la marque : Ten = Net à l’envers. MVNO sur le réseau Orange, Ten ambitionne d’être le « Free » du mobile avec des innovations tous les 2 – 3 mois en se focalisant sur les usages. En termes de ciblage, Ten s’intéresse aux internautes consultant leur MSN Messenger / mails quotidiennement soit 15 millions de français fans d’Internet mobile. Cette cible se découpe en 3 segments : jeunes fans de MSN Messenger, 20-40 ans actifs et plutôt mail, et la clientèle pro mobile.

Marketing Mix

Les offres de lancement :


Extrait présentation conf de presse 08/07

* Forfait voix :
1 h pour 22 € / mois
2 h pour 31€ / mois
4h pour 47€ / mois
6h pour 63€ / mois


SMS à 0,10€

* Internet mobile :
- 6€ pour mails OU MSN Messenger
- 8 € pour mais ET MSN Messenger


Le mois de juillet a été marquée par 2 nouveautés : l'offre Ten Go et la baisse du tarif voix 2 heures.

Le 12 juillet (jour du lancement de Marketingrama.INFO ;o)), l’offre promotionnelle Ten Go a été annoncée. Avec cette offre valable jusqu’au 31/08, tout nouvel abonné dispose :
- d’un terminal, le Sony Ericsson K750i
- d’un forfait unique à 19€ par mois pour ½ heure de communication
- d’un forfait illimité au choix mail ou MSN.
Le terminal est proposé à 0 € pour un engagement de 24 mois, 29 € pour un engagement de 12 mois et 209 € sans engagement.


Le même jour, le tarif du forfait voix 2 heures a été revu à la baisse. Il est passé de 31€ à 29€.

La communication

3 étages de recrutement ont été définis :
- Promotion / communication : pub, RP, présence on-line sur les carrefours d’audience
- Viral / Parrainage : 1 tel gratuit pour 3 nouveaux clients
- Buzz organique : les contaminateurs pourraient inciter leurs amis à les rejoindre sur MSN Messenger.

Niveau site web, c'est classe et ergonomique mais complètement invisible pour les moteurs de recherche. La technologie Flash empêche tout bon référencement comme indiqué chez Régis (Bloggia.fr). Va falloir qu'ils assurent sur leur blog "T'as ton ten" qui a été annoncé mais que je n'ai pas trouvé... En ciblant les internautes, ils se doivent d'être irréprochables en la matière.

La distribution

La distribution est directe. Les abonnés peuvent souscrire soit par Internet (www.ten-mobile.fr), soit par téléphone (tel : 0800 500 719)

Commentaires

Ten dispose de forts atouts. Pour n’en citer que 3, attardons nous sur l’actionnariat, l’équipe dirigeante dream-team et la mise en application de la stratégie.
Tout d’abord, l’actionnariat. Le capital est détenu par les fondateurs et par AXA Private Equity. Or, Axa Private Equity possède aussi les Skyblogs, ce qui, en théorie, peut constituer un vivier de clientèle jeune fan de MSN Messenger pour Ten. En pratique, cela parait plus hypothétique sachant Axa n’a pas forcément cette vision industrielle et que le rachat de Skyblog par MySpace fait partie du champ des possibles comme le souligne TechCrunch.
Ensuite, l’équipe dirigeante est solide, ce qui est fondamental dans la réussite du lancement d’une nouvelle structure (et les levées de fonds 2.0). Jean-Louis Constanza, le président (ancien DG de Tele2 en France), propose un discours simple, clair et direct. Il est pleinement accessible pour le lancement de cette nouvelle aventure et m’a même proposé de passer les voir en leurs locaux pour en discuter. J’ai beaucoup de respect pour ceux qui, après avoir dirigé de « grandes structures », repartent sur de nouvelles aventures avec humilité (la sienne m’avait l’air sincère).
Enfin, question stratégie, le discours est très orienté client. Ten souhaite intégrer les clients le plus tôt possible dans l’expression des besoins afin de développer les produits adaptés avec les équipementiers. Ten envisage notamment une action sur la roadmap de Nokia pour faire développer des terminaux au regard des véritables usages Internet mobile (fin 2006 – début 2007). Une offre, évoquée lors du déjeuner post conférence de presse a particulièrement attiré mon attention : un forfait Data (hors voix) pour les abonnés actuels aux autres opérateurs. Pour bénéficier de cette offre, il suffira aux abonnés de s’engager à changer leur forfait voix sous 6 mois. Cette offre n’est pas encore complètement définie mais est originale notamment pour réduire les freins liés aux coûts de friction en cas de changement d’opérateur téléphonique. Quant à la stratégie de distribution, elle est indirecte jusqu’à nouvel ordre sachant que la structure est jeune et ne dispose pas de clientèle captive pour le moment. A voir les 1ers résultats dans 6 mois, mois qui devraient être riches en actualité pour Ten (nouvelle levée de fonds, …). Entre temps, d’autres MVNO seront lancés. Pas évident ce marché.

Merci à Damien et François de l’agence Heaven pour l’invitation au déjeuner post conférence de presse Ten du 8 juin dernier qui fut très enrichissant.


Plus d'infos
Billet MVNO n'est pas qui veut
Billet Bouygues innove en douceur pour ses nouveaux forfaits
Podcast SM#04: Interview exclusif de Jean Louis Constanza pour la création du MVNO Ten (10'56)
Nouvel MVNO, TEN : e-mails et messagerie instantanée sur mobile
Constanza launches ten, a new French MVNO


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

lundi 17 juillet 2006

Interview concernant marketingrama.INFO chez Accessoweb


Philippe d'Accessoweb vient de m'interviewer pour le lancement de Marketingrama.INFO (merci!). Tant que vous y êtes, je vous recommande de zieuter son listing web 2.0 qui est bien fourni.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

jeudi 13 juillet 2006

Quand les consommateurs deviennent les marketeurs !


J'ai un secret à vous dire. Billet (plutôt dossier à force d'y rajouter des trucs) cobloggué par :
- Raphael Labbé, co-fondateur de U.[lik]
- Damien de Blignières, Business Developper First-Coffee
- Emmanuel Fraysse, Marketingrama.COM et Marketingrama.INFO (nouveau!).

Envie de coblogguer ? C'est par ici ! PS: on vous conseille Writely, excellent pour un bon coblogging à distance.




Mme Michu, ménagère de moins de 50 ans, est cernée par les nouveaux produits, les nouveaux services, la publicité. Dans ce contexte de surexposition, les marques et producteurs de biens n'ont plus l'influence sur son comportement qu'ils avaient auparavant, période bénie où, consommatrice crédule, elle avait bien plus de besoins inassouvis. Désormais, elle ne se laisse plus berner par le discours consumériste. Ses achats sont de plus en plus influencés par les recommandations émanant de son entourage. La parole des annonceurs n'est plus d'or. Elle écoute les contaminateurs, les prescripteurs, les early adopters qui ont assez de crédibilité à ses yeux pour qu'elle leur fasse confiance. Ces changements de comportement conduisent au développement du marketing de la recommandation. Comment le définir ? Quels sont les outils de recommandations actuellement ? Et après ?

1. Notre environnement change et ce n'est pas un mal

I. Un double changement favorise son développement : un monde d'hyper choix (A) d'une part, des outils de communication et d'échanges intelligents, puissants (B) qui permettent de dialoguer, de partager expériences et points de vue d'autre part.

A. L'hyper-choix a été théorisé par Chris Anderson (Directeur de Wired) et son concept de "Long Tail". Il s'agit de la possibilité pour un marchand (a priori en ligne) de proposer un catalogue beaucoup plus vaste. La partie indisponible dans le commerce traditionnel est appelée la "Long Tail". Voici deux graphiques qui exposent cette disproportion des offres entre commerce traditionnel (en gris) et commerce en ligne (en bleu). Pour plus de détail voir le blog de C.Anderson ou la traduction française de son article clé.

Queue de la comète

Queue de la comète, la suite

Cette possibilité de rendre disponible un nombre croissant de produits ajoutée à la prolifération induite par la mondialisation montre que nous sommes passés d'une flaque (les commerces de la rue principale de la ville) à un océan d'hyper-choix. Fish! for all.

Le nouveau problème pour les consommateurs est de faire leur marché dans ses étales infinis et d'y trouver le produit qui convient. Ils ont donc besoin de filtres pour s'y retrouver.
Pour les marketeurs, le problème est différent. Comme Ordralphabetix, il doivent crier pour attirer le chalant. Grâce aux progrès de ces dernières années, il peuvent aussi chuchoter mais il leur faut parler à des chalants qui ne sont pas toujours intéressés.

B. Beaucoup de définition du web 2.0 ont circulé mais celle-ci nous semble simple et efficace
Sur le blog de Chappaz, est reprise une définition du web 2.0 proposée par le CEO de Plaxo Ben Golub :
- Web 1.0 = connection des individus aux business et aux données
- Web 2.0 = connection des individus entre eux (media sociaux, voix sur Internet, blogs...)

II) l'infrastructure

Le contexte est pleinement favorable au développement du marketing de la recommandation : "power to the users" grâce aux technologies intelligentes, la connectivité des internautes, la montée de l'égotrip numérique. La propagation de la recommandation est accélérée par les mails, MSN, les SMS, les blogs, les forums, ainsi que par les nouveaux outils que nous allons traiter plus avant.

2. Le marketing de la recommandation

Le marketing de la recommandation vise à favoriser le rôle actif de certains consommateurs auprès des autres consommateurs. L'objectif de ce marketing demeure de "faire vendre" mais en s'éloignant du discours consumériste de masse.Les porte-paroles de la marque seront les consommateurs eux-mêmes. Ils joueront un rôle auprès d'une communauté plus vaste. Les marques mettront en place un environnement favorable pour faire de certains consommateurs une force de vente. La puissance de ce marketing réside dans le fait que le consommateur parle au consommateur, ce qui rassure et conforte.

Pour trouver un produit dans le web 1.0, on utilisait les moteurs de recherche. Avec le web 2.0 se développe une nouvelle manière d'aborder les produits : la recommandation prend une place grandissante dans l'acte d'achat.

3. Recommander, c'est partager mais c'est aussi vendre

Voila quelques données sur les ventes de sites qui utilisent de la recommandation :
37% des films selectionnés sur netflix le sont suite à des recommandations. Néanmoins, il faut comprendre que le cout sur netflix est nul car il s'agit d'un abonnement. Le danger qui les menace est l'insatisfaction des utilisateurs. Le même problème se présentera dans la musique (20% des ventes d'amazon et de rhapsody and still growing).

Selon Nielsen Buzz Metrics, "50% more likely to be influenced by word-of-mouth recommendations from their peers than by radio/TV ads."

Lors de la conférence e-commerce 2.0 avec la FEVAD organisée par Sciences Po Paris, Marc Lollivier soulignait le poids non négligeable des avis de consommateurs sur les sites d'e-commerce en matière d'incitation à l'achat des internautes prospects.
Pouvez-vous nous indiquer les raisons de visite sur un ou des sites marchands avant d'acheter en magasin ?
"Pour connaitre les avis des consommateurs sur le produit"
- Produits techniques : 33%
- Services : 19%
- Produits culturels : 19%
- Hygiène / beauté / santé : 17%
- Maison : 16%
- Voyage / tourisme : 15%
- Jeux et jouets - hors jeux de consoles et jeux PC : 11%
- Habillement et accessoires Hommes / Femmes / Enfant : 10%
Sources : Fevad, Mediametrie,/NetRatings - MegaPanel - Domicile 2006

Parmi les facteurs - clés de succès pour transformer les consommateurs en force de vente figurent :
- la facilité de la recommandation (call to action explicite)
- l'image forte de la marque
- le partage de la valeur délivrée entre la marque, le consommateur "influenceur" et ses proches


4. Quelques solutions innovantes de recommandation

Les offres pullulent et viennent completer la première génération de recommandation : forums et sites comme ciao et epinion.

La recommandation est particulièrement utile pour la consommation de biens d'expérience (i.e dont la valeur n'est connue qu'apres consommation). C'est le cas de la culture et des services.

4.1 les listes :

listmania amazon
kaboodle
zoundry

4.2 les systemes qui remunèrent le temps passé à faire des recommandations

zlio
paytip


4.3 le social shopping

reevoo
goodstorm
stylefeeder
yahoo shoposphere

Gootza est un annuaire social de recommandations dans lequel vous trouvez les recommandations effectuées par des gens qui vous entourent sur n'importe quel type de services ou d'idées (bons artisans, super nounous, idées de ballades, cours et leçons efficaces, et plein d'autres choses grâce aux tags).

Les aggregators de goûts qui font office de filtres dans la culture: librarious, librarything, musicstrands, whichbook, u.[lik]

Conclusion

Le marketing de la recommandation se développe car c'est un phénomene qui réplique la vraie vie. Nous choisissons un produit car il a été diffusé par les media (maintenant les média ce sont aussi les blogs bien évidemment) ou bien parce qu'un ami nous l'a recommandé.
Dès lors, la recommandation envahit progressivement tous les pans de la société, y compris les RH (par exemple : Jobmeeters)
En conclusion, nous assistons au développement d'un phénomène qui, sans nul doute, est appelé à durer !

Ressources :
Le blog de Greg Linden Geeking with Greg [En]. Ancien responsable du système de recommandation d'Amazon et fondateur de Findory
Le site de Chris Anderson au sujet de la Long tail
Epic (voir également le post de leafar)
(The Beginnings of) Social Commerce
lexique du buzz


About U.[lik] : la machine à cultiver
U.[lik] est un système communautaire de suggestions culturels. Vous notez les produits culturels (films, livres, artisites, ...) sur une échelle non numérique allant de "hall of shame" (je déteste vraiment) à "hall of fame" (j'adore vraiment). Grâce à cette notation, le moteur intelligent de recommandation U.[lik] vous suggère d'autres produits en tenant compte de ce que vous aimez mais aussi de ce que vous détestez. A la différence d'un Amazon, les produits proposés ne sont pas forcément des best-sellers et les recommandations sont plus fines. Par exemple, si vous avez acheté Matrix 1 chez Amazon, le moteur de suggestion d'Amazon va vous proposer Matrix 2 et 3. Or, vous avez pu les détester (comme votre serviteur Emmanuel Fraysse). Pour faire part de mon expérience utilisateur, u-lik tient compte de ma note très négative pour les épisodes 2 et 3 et me suggère des produits en adéquation. U-lik suggère des produits mais favorise aussi la mise en relation des internautes ayant les mêmes goûts. A peine avais-je déclaré une dizaine de produits que le moteur me suggérait de noter "A ionGroundhog day" (Bill Murray y est désopilant et AndyMcDowell craquante) et de consulter le profil d'un internaute adepte des "Fleurs du Mal" (ca, c'est du bouquin culte) et d'Arizona Dream. La solution est encore jeune mais j'en suis déjà fan. A votre tour de tenter l'expérience !
Redigé par E. Fraysse

About payTip : la recommandation rémunérée

zanox SAS (ex-First-Coffee) est une filiale du groupe Zanox.de AG, leader européen du commerce multicanal fondé sur la performance.
Agence spécialiste du "Marketing de la Performance", zanox SAS propose à ses clients Grands Comptes une gamme complète de services et solutions e-marketing (affiliation, publicité, e-mailing, tracking, marketiong de la recommandation).
Parmi ses clients : Groupe PPR (La redoute, Surcouf, Somewhere, VertBaudet,...), Voyages SNCF, Masterfoods, Nestlé, Promovacances, MisterGoodDeal, ING, Surcouf, Houra, Cofidis, Rueducommerce, etc...
Son savoir faire métier, son orientation "Qualité par la Sélectivité" , alliés à une technologie de dernière génération sont à la base de sa réussite.
payTip, la plate-forme de marketing de la recommandation de zanox, a pour principal objectif d'apporter une approche remunératrice au marketing de la recommandation tout en centralisant cela sur une seule et même plateforme (difference avec Zlio qui lui délocalise vers les zlio de X et Y). payTip propose donc aux annonceurs, en quelque sorte, d'etendre leurs programmes de marketing à la performance (affiliation) à leurs internautes par la mise en place sur leurs sites de cette plateforme de recommandation.
Ainsi, l'internaute Lambda, lorsqu'il clique sur le bouton "Recommandez ce produit à un ami et gagnez de l'argent" devient un veritable agent-promoteur auprès de son réseau. Il est invité à se logguer sur la plateforme, afin de s'inscrire et avoir accès a ses stats tout comme l'acces aux programmes des autres annonceurs payTip. L'incentive par la rémunération permet donc ainsi de créer et stimuler des communautés de "top-recommandeurs". Ces top recommandeurs ont accés via la plate-forme à l'ensemble des annonceurs qui utilisent ce systeme et peut donc ainsi cibler ses recommandations en fonction des goûts de ses contacts afin d'augmenter son taux de transformation. On tend ainsi vers un certain "ciblage" de la recommandation.
Aujourd'hui, nous constatons donc des taux de transformation sur site (filleul => achat) 3 à 4 fois supérieur à ceux constatés sur les sites annonceurs et surtout des taux de transformation pouvant atteindre 30% dans certains domaines d'activité.

Coblogging
Recommandé par des Influenceurs.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

mercredi 12 juillet 2006

Jour J : faites VOTRE actu marketing sur Marketingrama.INFO (nouveau)


Annoncé la semaine dernière par Stratégies.fr, et bien voilà, c'est le jour J. Après un peu plus d'un an de blogging, je lance un projet connexe, toujours pour le fun et toujours en matière de veille marketing : Marketingrama.INFO. Ahhh, le web, quand on a çà dans le sang... ;o)

Le concept

Marketingrama.info est un site collaboratif d'information marketing : les articles sont proposés par les internautes qui ont aussi la possibilité de voter pour leurs articles favoris et la possibilité de les commenter.
Sur le plan plus conceptuel, Marketingrama.info est un site de "bookmarking social", un "user generated media". Cette définition permet de briller en société (ou pas).

D'où vient l'idée ?

Le présent blog est mon canal de veille. Je le nourris mais il me nourrit aussi. Grâce à lui (comme si c'était une personne, pffff), j'ai rencontré des bloggueurs / humains normaux / humains extraordinaires / humains nazes qui m'ont poussé à m'intéresser aux idées du nouveau web, celui dont on révait déjà au siècle dernier. Au gré de mes e-balades, je "bookmarkais", je "de.icio.usais", je "diggais" mais il me manquait une plate-forme communautaire francophone pro. Le web anglophone marketing ne manque pas de points d'ancrage alors que le web francophone marketing est bien loin d'avoir atteint sa maturité en termes de réseautage. Pour preuve, près de 300 blogs marketing / comm' sont référencés dans l'annuaire Marketingrama et il y en a 100 à 200 supplémentaires qui trainent dans ma "to-do list" pour intégration dans l'annuaire. Donc 400 à 500 bloggueurs causent marketing. Comment réseautent-ils ? Comment se font-ils connaitre ? Wikio, Fuzz et consors ? Oui incontournable, mais pourquoi ne pas leur proposer un "digg-like" uniquement dédié au marketing ? De ce constat est né Marketingrama.INFO. Et bien sûr, au niveau des internautes intéressés par le marketing, je passe outre le fait que ces 400 à 500 bloggueurs marketing sont lus par plusieurs dizaines de milliers d'internautes !

Pourquoi sortir Marketingrama.INFO maintenant ? Cela faisait quelques mois que l'idée me titillait et psfk.com a dégainé marktd.com il y a 2 mois. Forcément, ca m'a motivé à accélérer la cadence. J'ai hésité à intégrer ce "digg-like" dans le portail Marketingrama.COM puis me suis dit qu'en termes d'expérience utilisateur, il était plus pertinent d'en faire un site "stand alone", un site spécifique. Pour l'intégration technique, Seb m'a apporté sa précieuse aide (merci beaucoup !). En termes de timing, c'est parfait sachant que juillet - août est une période creuse propice aux tests en vue de la rentrée.

Quid de la monétisation de ce nouveau site ? La monétisation passera par la pub quand le traffic sera suffisant (10 000 visiteurs uniques / mois ?). Ce qui me permettra de vous proposer gratuitement d'autres concepts de veille marketing. A noter que les emails collectés ne seront jamais revendus !

Bilan au 1er jour

Après une phase courte de béta-test auprès de 15 béta-testeurs, le site a été mis en ligne très tôt ce matin.
Les résultats sont assez surprenants pour la 1ère journée d'activité en béta publique :
- Le nombre de marketeurs inscrits est passé de 15 béta-testeurs à plus de 40
- 25 articles ont été proposés, 13 ont été publiés
Maintenant, faut que cela dure mais j'ai d'autres idées dont une prévue pour la rentrée. ;o)

Et maintenant ?

Maintenant, la période d'optimisation "publique" est ouverte. Niveau bugs, il en reste forcément puisque c'est une version béta. Le plus gros bug concerne actuellement les trackbacks qui ne fonctionnent pas correctement.
Niveau identité visuelle, il reste beaucoup de choses à faire (logo, typo, ...).
Fonctionnellement, des pistes indispensables ont été évoquées par les béta-testeurs : moteur de recherche, mail d'inscription, "envoyer à un ami", ... La seule limite dans tout cela va être mon "ability to execute". Forcément, j'ai un job sérieux chez achatpublic.com la journée. ;o)

Ceux qui en parlent (maj : 24/07)

Philippe (Accessoweb)
Vanina (Vaninadelobelle.com)
Hugo (VerbalKint)
Jean-Yves (Pipologue)
Laurent (Bernard O Blogspot)
GuiM (GuiM.fr)
Philippe (Nayezpaspeur.ca)
Antoine (Le bloc-notes d'Antoine Wintrebert)
Patrice (e-Novation)
Olivier (webmarketing & e-commerce)
eMarketing Garden
Damien (Deblignieres.com)
Michel (Michelleblanc.com)
Arnaud (Ramenos Blog)
Nicolas (Vaovan.fr)
François (VoxInaBLog)
Philippe (webmarketing@blog)
Charles (Sensemilia.net)
Jérôme (chambre d'amis)
José (ViaComIT)
Eric (Superfiction)
Muriel (muriel-tournadre.com)
Raphaël (La Gazette du Buzz)
Stéphane et Eric, créateur de Feedback 2.0 (CRM Reloaded)
Miss Tics (veille et débats sur les technologies de l'information)
Jinfoo (Jinfoo.blog)
(e) pistema et re (e) pistema

Marketingrama.INFO , site collaboratif d'info marketing, deviendra ce que vous en ferez. Ca vaut le coup de tenter l'expérience, non ? Pour tout commentaire, remarque ou suggestion, n'hésitez pas à m'écrire à ef(@)marketingrama.com.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

mardi 11 juillet 2006

J - 1 avant le lancement de Marketingrama.INFO


Plus qu'un jour avant le lancement de Marketingrama.INFO, le site de VOTRE info marketing.
Spécial dédicace à Philippe ! ;o)


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

lundi 10 juillet 2006

Merci aux Bleus et pas merci à la TNT !


Merci aux Blancs Bleus de nous avoir fait réver. Qui aurait parié sur l'équipe de France en finale de la coupe du monde ??? Zidane est parti sur un coup de tête (impardonnable) mais, paradoxe humain, à mon avis, il en sortira grandi. Les grands champions qui marquent sont ceux dont la personnalité présente des aspérités, une part d'ombre. Le meilleur exemple : Cantona, un joueur exceptionnel mais un peu "impulsif" (c'est le moins que l'on puisse dire).

Passons à la TV par TNT... Sérieux, vous vous imaginez voir un match crucial des Bleus avec quelques secondes de décalage par rapport au voisinage ??? C'est ce que j'ai vécu pour la finale de la Coupe du Monde grâce à la TV par TNT. Dès qu'il y avait des cris dans la rue, le stress nous envahissait : but ? faute ? coup-franc ? Rrraaaaahh, c'est quoi ? Avec quelques secondes de retard, on comprenait la situation. Pour la séance de tirs au but, on a du fermer les fenêtres pour garder un peu de suspens. La TNT, c'est bien mais c'est pas du temps "réel-réel" !


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

dimanche 9 juillet 2006

Quelques sites supplémentaires dans l'annuaire Marketingrama.com


6 sites ont été rajoutés aujourd'hui dans l'annuaire Marketing / Communication de Marketingrama. Ils sont listés sur la page des nouveautés. Le rythme de l'enrichissement de l'annuaire faiblit parce que le nouveau site Marketingrama.INFO est en pré-phase de lancement. ;o)


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

samedi 8 juillet 2006

The Sunshiners, toujours le soleil


The Sunshiners, souvenez - vous, je vous en parlais dans ce billet. Je viens de recevoir un CD 4 titres de leur album. Je confirme, c'est très, très sympa. Leur musique aux couleurs métissées donne une furieuse envie de bouger. Ils sont en tournée cet été, profitez-en : le 13/07 à Mont de Marsan, le 22/07 à Vezoul, le 25/07 à Nice, le 29/07 à Reading (Angleterre)...

Pour revoir un extrait de leur concert à la Scène Bastille :

No prise de tête, c'est l'été !

PS : petit bonjour à Toko du groupe ;o)


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

vendredi 7 juillet 2006

Stratégies.fr parle déjà de Marketingrama.info


Si vous recevez la newsletter de Stratégies.fr, vous le savez déjà : je vais lancer prochainement un nouveau site d'actualité dédié au marketing / comm'. Après Marketingrama.COM, il y aura donc un Marketingrama.INFO. Le lancement est prévu après la victoire de l'équipe de France en coupe du monde. ;o)

MAJ 12/07/2006 : OK, OK, l'équipe de France n'a pas "officiellement" gagné la coupe du monde mais le simple fait d'avoir été en finale est déjà une victoire. ;o)

L'info est relayée en page d'accueil de Stratégies.fr (zieutez le ticker d'info sous le moteur de recherche) :

Réalisé sans trucage

Merci beaucoup à Luc Vachez d'y avoir consacré quelques lignes et à Flo d'en avoir parlé à Luc Vachez !

A l'heure de la Lemeurisation et de la TechCrunchisation, faut pas oublier la Stratégisation pour booster son traffic.

Si vous souhaitez béta-tester Marketingrama.info, il vous suffit de m'envoyer un mail à ef(@)marketingrama.com.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

jeudi 6 juillet 2006

Etude de cas : le blog de marque UnPointdeVue.com par Grand Optical


Billet cobloggué par Régis Langlade (Bloggia.fr) et Emmanuel Fraysse (Marketingrama.com).
Envie de coblogguer ? C'est par ici ! PS: on vous conseille Writely, excellent pour un bon coblogging à distance.



A l'heure du "t'as vu la dernière campagne de machin ? Fais tourner ce buzz", nous avons souhaité prendre un peu notre temps et nous attarder sur une étude de marketing en matière de buzz marketing. Sujet de l'étude : le blog de marque UnPointDeVue.com de Grand Optical. Si cela vous plait, d'autres études de cas suivront avec une méthodo affinée.

CONTEXTE

Sur le marché des opticiens, Optic 2000, Krys et Alain Afflelou concentrent 40% du marché. Grand Optical détient environ 5% du marché. [Source : le Journal du Management]

PROBLEME

Comment se différencier sur un marché très concurrentiel lorsque l'on n'est pas sur le podium ?

SOLUTION

Jouer la carte de la communication innovante en appuyant sur le concept du « choix d’être unique » : une signature qui synthétise d’une part l’Ultra-choix de montures disponibles en magasin (les montures créateur, les griffes, les montures luxe, etc) et d’autre part l’orientation haut de gamme du service client GrandOptical (conseil sur mesure et unique pour chaque client). [info Vanksen Media]

L'objectif est de changer les perceptions du consommateur en le faisant « passer du monde des lunettes prothèses au monde des lunettes révélatrices de personnalité ». La campagne est orchestrée par l'inimitable agence Culture Buzz.

La blogosphère est en pleine explosion. Les bloggueurs sont un nouveau type d'influenceurs, de contaminateurs comme l'écrit Seth Godin. A moindre coût, en adoptant une stratégie intelligente à base de "nano pub", il est donc possible de lancer des campagnes sur cette cible et d'obtenir des résultats satisfaisants avec un budget limité.

Un blog de marque a donc été lancé : UnPointDeVue.com. Le contenu de ce blog est pleinement multimedia : interviews / témoignages mettant en avant l'expérience utilisateur au service des produits, textes, vidéos, ...

Grand Optiblog, les débuts

Au 03/07, 8 bloggueurs ont été vodcastés (ou vidéocastés, selon vos goûts) : Hervé Resse, mRy, Jacques Froissant, Miss BlaBlaBla, Fanny Bouton, Bettina Soulez , Nathan Guetta , rMen. Ce blog s'inscrivant dans la durée, d'autres interviews seront ajoutés au fil du temps.

RESULTATS

Datant du 03/07, les résultats présentés sont forcément partiels (partiaux ?). En effet, pour réellement les évaluer, il faudrait se référer aux coût de la campagne, au taux de clic sur les banners (dispos sur culture buzz), au trafic du blog, aux retombées presse et aux études quali. Toutes ces données sont pour le moment confidentielles, peut-être pour que l'agence rédige une étude de cas approfondie dans quelques mois ? Espérons que notre article les fasse réagir.

Donc, on fait avec ce que l'on a :
- nombre commentaires : 30 commentaires sur les 10 derniers billets (ratio : 3 comments / article)
- nombre trackbacks : 0 trackback
- 6 billets identifiés font référence à ce blog : bienvoir.com (0 comment), blognot (8 comments dont un comment rédigé par la Comm de Grand Optical), suchablog.com (5 comments), Sensemilia.net (17 comments), Muriel-tournadre (2 comments), Culture buzz (4 comments)
- référencement : moins de 5 pages référencées sur google, pas de campagnes de liens sponsorisés actuellement
- popularité du site : quelques tests effectués sur Google démontrent que peu de sites abordent le sujet (test de link, term content, entres autres). Les résultats sont fortement similaires sur les autres moteurs de recherche (Msn Search, Yahoo, Exalead).
- mesure du buzz via les digg-like : moins de 5 billets référencés dans les Technorati, Wikio, Fuzz.fr, dommage pour un blog. L'alimentation du buzz se faisant très facilement via les digg-like, nous aurions préféré trouver les billets d'unpoindevue facilement.
- le Chronologue de Jean Veronis dévoile toutefois des résultats intéressants. Ils montrent un effet de buzz certain qui se dissipe rapidement et subitement fin juin...



MEILLEURES PRATIQUES

On retiendra la bonne volonté de Grand Optical de part l'utilisation de ce nouveau média qu'est le blog. La stratégie de Vanksenmedia démarre plutôt bien, avec l'adoption d'un design soigné pour le blog, une politique de videocasts intelligente (interview de blogueurs plus ou moins influents). On retrouve les principaux éléments "web 2.0" d'un blog, avec flux RSS, interviews filmées et converties en flash, commentaires et trackbacks ouverts.
Ce qui marque d'entrée, c'est qu'il s'agit d'un vrai blog et pas d'une copie ou d'un pseudo-site jouant sur le nom de ce média. Rappelons-nous la mauvaise expérience de Nissan avec sa Micra Blog, qui avait tenté de profiter de l'effet de mode sans aucune réussite, et pire, avec une mauvaise image renvoyée par les blogueurs. Unpointdevue est un vrai blog à vocation informative et ludique. Il est le support idéal qui permet de mettre en valeur les interviews réalisées sur les points de vente, et remplit parfaitement son rôle de proximité. Le blog de Grand Optical est en partie ce qui caractérise le web 2.0 : une information facile à mettre oeuvre et à transmettre au internautes.
Oui mais pourquoi "en partie" nous direz vous ? Parce que le web 2.0 c'est aussi trouver l'information facilement... et ce n'est malheureusement pas complètement le cas ici. Bien qu'ayant très bien travaillé le "front office" du site (design, présentation, contenu), Vanksenmedia et Culturebuzz ont un peu laissé de côté la notion de référencement et de mise à disposition de l'information. Malgré la mise en oeuvre d'une campagne de buzz, le blog ne jouit pas encore d'une grande notoriété (question de temps sûrement). Les résultats effectués sur Google soulignent le faible référencement actuel du blog : peu de liens externes, peu de ping sur technorati, peu d'articles sur Fuzz ou Wikio.
Bon point, donc, concernant l'utilisation du concept, mais la marge de progression est encore forte. Nous anticipons une montée en puissance prochaine maintenant que Grand Optical semble avoir testé le concept avec succès.

COMMENTAIRES

Régis

Je dois avouer que lorsqu'Emmanuel m'a proposé d'étudier ce blog, j'étais très étonné de ne pas en avoir entendu parler. L'affaire commençait bien... à coup de recherche j'en ai appris un peu plus mais ce n'a pas été facile. Mon sentiment personnel confirme ce qui a été dit jusqu'ici : j'apprécie la démarche "blog" de Grand Optical qui ne détériore pas l'image de ce formidable support. Unpointdevue est un vrai blog, avec du vrai contenu, de vrais vidéocasts et de vrais commentaires. De ce côté là rien à redire. Ce qui est fort dommage, c'est la communication mise en place autour de ce site : je regrette que la quantité de blogueurs interviewés soit aussi réduite (d'ailleurs dans la liste j'avoue ne connaître que Jacques Froissant d'Altaïde, désolé pour les autres) et que l'on ai pas entendu parler de ce blog plus souvent.
A l'heure ou la longue traine fait la qualité et l'originalité de la blogosphère, pourquoi l'avoir négligée à ce point ? Volonté de monter en puissance ou "simple" oubli ? Et où sont les blogueurs influents ? Où sont les pointblog & cie ? Il manque quelque chose, ce n'était pourtant pas compliqué d'aller le chercher. Je souhaite que la démarche soit volontariste et que le blog monte en puissance au fil des semaines.
Tiens et pour l'anecdote, moi aussi je porte des lunettes, et en plus je suis client Grand Optical ! Je suis aussi disponible pour une interview si besoin est... Et puis ca me fait penser, je me retrouve dans ce blog ! J'aime l'image "techno" rattachée aux lunettes, la tournure des vidéos... je m'y verrai bien ;)

Emmanuel

Le blog de marque GrandOptical n'en est qu'à ses balbutiements mais est déjà bien foutu. Même si le nombre de billet est encore réduit (14 billets au 03/07), la première impression est très pro : design soigné, pas de pub agressive, tout dans la douceur. Un plan de comm' sur la durée existe mais impossible d'en savoir plus... Culture Buzz souhaite garder le secret sur les prochains développements (ca peut se comprendre!). Tout ce qu'on peut dire, c'est que la stratégie de communication autour de ce blog semble s'orienter vers des actions par cercles concentriques : des plus bloggueurs au moins bloggueurs, des plus parisiens au moins parisiens. Ce blog sera aussi un outil de mise en valeur des collaborateurs. La graine du buzz a été semée maintenant, faut que ca pousse. En coblogguant ce billet, on participe au buzz. Logiquement, Culture Buzz joue la durée et n'a pas tout donné lors de cette phase 1 (phase béta ?). Il fallait que Grand Optical valide le concept avant d'aller plus loin.
Moi, j'suis pas dans la cible parce que je n'ai pas de lunettes mais je veux bien des infos sur les prochaines étapes. Allez, Emmanuel Vivier, file-nous quelques infos... s'te plait.

Coblogging
Recommandé par des Influenceurs.


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

Soirée culturelle ou "Zidane a marqué, Zidane a marqué, Zidane, Zidane, Zidane a marquéééé"


Oulaaaaahhhh, quelle soirée ! J'étais dans le quartier de la Bastille pour voir le match en immersion dans un bar, ce fut énôôrme.

L'Opéra Bastille comme vous ne l'avez jamais vu.
La Bastille prise d'assaut après le match. D'autres photos / vidéos prochainement.

Encore, encore !


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

mardi 4 juillet 2006

Quel est le point commun entre Darwin, Geoffrey Moore et Pascal Rossini ?


Point commun : un billet. Pascal Rossini, CEO d'ADS-click & SKY-click, reprend le cycle de vie des entreprises remis au goût du jour par Geoffrey Moore. Visionnaire.

Conceptualisation affutée


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

lundi 3 juillet 2006

Entreprendre avec sa différence


Un camarade de Sciences Po Paris vient de publier un bouquin. Entrepreneur par nature, Jérome Adam parle de ses défis et de sa vision de l'entreprenariat. Je n'ai pas encore lu ce bouquin mais si ce bouquin est aussi intéressant que son auteur, foncez le lire !

Entrepreneur dans l'ame Le livre

« Entreprendre, c’est s’attaquer à une situation, essayer de conquérir, agir et mettre à exécution un projet. Loin de se limiter à la création d’entreprises, entreprendre correspond à une façon d’être, à une véritable culture. C’est s’investir, prendre des risques et croire en l’avenir. » Jérôme Adam

"Loin de la langue de bois, dans un travail à quatre mains avec Patrick Blanchet, Jérôme Adam nous entraîne dans son parcours d’homme, aveugle, et créateur d’entreprise à 23 ans. Un parcours de peines et de joies, un parcours d'erreurs et de réussites. Un parcours qui nous invite à oser. Renaud Dutreil, ministre des PME, et Christophe Chenut, directeur général du groupe "L'Equipe", ne s'y sont pas trompés en offrant, respectivement, la préface et la postface de ce témoignage qui met le doigt là où ça va mal". L'éditeur

"(...) aujourd'hui, aucun nouvel entrepreneur ne saurait se lancer sans préparation dans son aventure d'entrepreneur. Dans cette perspective, le livre de Jérôme Adam, au-delà de la relation de son expérience personnelle, permet de comprendre globalement l'acte d'entreprendre. (...) Ce livre réussi est le miroir de l'expérience personnelle de l'auteur, qui a voulu et qui a toujours su aller au-delà des a priori. L'expérience et le cheminement de Jérôme Adam, qu'il relate ici précisément et sans fausse pudeur, constituent un éclairage pour chacun d'entre nous, puisque, comme il le rappelle, à chacun son handicap". Renaud Dutreil

"Côtoyer Jérôme remet, pour tous ceux qui en ont la chance, beaucoup de choses en place. C'est une vraie remise en question qui aide à relativiser et donc à progresser. Partager des moments avec lui donne une énergie et un moral d'acier, une confiance en l'avenir qui fait un bien fou dans une vie quotidienne où l'on ne parle que de trains qui arrivent en retard. L'écouter parler des blocages de notre société qui démultiplient ses difficultés, de la défense pour certains des avantages acquis, alors que lui se bat avec un avantage perdu, remet tant de choses à leur place. L'entendre dire " quand est-ce qu'on se voit ? " ou l'écouter raconter le match du Stade de Reims qu'il a vu de la tribune la semaine passée, est un choc positif. Le voir réfléchir à ce qui peut améliorer la vie de tous au travers de ce que lui vit comme difficultés du fait de son handicap est un exemple de générosité". Christophe Chenut

Télécharger l'intro
Consulter la table des matières
Acheter ce livre chez Eyrolles

Le site de Jérome Adam


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

samedi 1 juillet 2006

GGOOOOAAAAALLLLLL !


Alors là, alors là, chapeau bas, la grande équipe de France est de retour. Zidane a retrouvé ses jambes et sa vista. Quand aux autres joueurs, tous étaient au rendez-vous. Un match remporté avec l'art et la manière. Devant tant d'émotions, ma future femme a failli accoucher avec plusieurs mois d'avance.

Titi, ce héros

A l'heure du 2-0, 1-0, c'est pas mal non plus !!! Ok, ok, je retire que Domenech et Barthez sont des nazes.

Continuez à nous faire réver ! Plus que 2 matches !


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!

La pub est dans le film, sérieux !


Yoda Lehu Jean-Marc Lehu est cité dans plusieurs billets de ce blog et pour cause, c'est un de mes gourous, un prof dont on n'oublie pas l'intelligence. Il publie ses bouquins en rafale : un an, un livre (au mini). Son dernier livre vient de sortir : "La publicité est dans le film : placement de produits et stratégie de marque au cinéma, dans les chansons, dans les jeux vidéo..." A cette occasion, Jean-Marc m'a fait le plaisir d'accepter une interview en 5 questions. Enjoy.

Placement de produit Quelles sont les idées phares de ce livre ?

L'audience media classique est en chute libre dans les pays développés, d'où une préoccupation majeure pour les annonceurs. A cela trois raisons essentielles. D'une part, l'évolution du consommateur beaucoup moins naïf à l'égard de la communication publicitaire traditionnelle et plus distant à propos de la nature réelle de son message. D'autre part, l'explosion de l'offre media classique (accès simple et souvent peu coûteux à de multiples chaînes de télévision, stations de radio, supports de presse...) et de l'évolution des modes de vie (cellule familiale traditionnelle modifiée, temps de travail recomposé, nomadisme, temps croissant passé sur l'Internet...). Résultat : une extraordinaire fragmentation de l'audience accompagnée de sa dispersion. Le branded entertainment (communication de la marque dans un contexte de diverstissement), dont le placement de produits est l'une des principales représentations, peut alors permettre à une marque ou à un produit de renouer le contact avec ce consommateur volatil, dans un cadre moins commercial, ou perçu comme tel. Le but de ce livre qui est très orienté à dessein sur ce qui se fait outre-atlantique, est d'attirer l'attention de l'annonceur français potentiel sur les nombreuses évolutions récentes de cette technique de communication, afin de pouvoir en faire bénéficier leurs marques. Or, à l'heure où nous parlons, l'Europe par la voix du Commissaire Viviane Reding est lui-même en train de repenser la Directive Télévision sans Frontière de 1989, afin notamment de tenir compte de ces évolutions.

Un exemple de placement de produit intelligent (stratégie adoptée, mise en application, coût, résultat, ...) ?

Tout dépend de ce que vous entendez par "intelligent". Les exemples pertinents sont - heureusement - de plus en plus nombreux dès lors que les annonceurs sont amenés à travailler très en amont avec la production cinématographique, dans le cas d'un placement dans un film par exemple. Cela permet de s'éloigner du simple "placement" pour parvenir à intégrer au mieux le produit ou la marque dans l'histoire. L'apparition de vraies marques automobiles BMW, Cadillac, Chevrolet, Corvette, Dodge, Ferrari, Fiat, Hummer, Jaguar, Jeep, Lincoln, Mack, Mercury, Plymouth, Porsche et Volkswagen notamment, dans le film d'animation, Cars (2006), de John Lasseter apporte beaucoup au réalisme. Le bon placement est celui que l'on ne remarque pas consciemment ou qui paraît tellement logique qu'il est accepté voire apprécié comme tel. Pour jouer la carte du contre-courant, je citerai ici l'exemple souvent critiqué des James Bond. Pour le livre, j'ai souhaité donner la parole à Jean-Patrick Flandé, réel expert en matière de placement de produits au cinéma, et qui s'occupe justement des aventures de l'agent 007. A chaque sortie d'un nouvel épisode, nombre de voix s'empressent de critiquer l'apparition de telle ou telle marque, de tel ou tel produit. Pourtant, si vous interrogez le consommateur ordinaire, il est souvent bien en peine de citer deux ou trois marques, voire simplement une marque. Tout agent exceptionnel soit-il, James Bond est sensé évoluer dans un univers le proche possible de la réalité pour être le plus crédible possible, a fortiori aujourd'hui où il doit lutter avec de nouveaux héros moins stéréotypés et plus "accessibles". Nous vivons dans un univers de marques au quotidien. Si demain, James Bond évoluait dans un univers aseptisé où aucun produit et aucune marque ne serait identifiable, le spectateur trouverait cela étrange, sans nécessairement savoir dire pourquoi. Maintenant, de là à parler de résultats... Le résultat essentiel qui est recherché par les annonceurs est celui de la notoriété de la marque et si possible de son image. Vouloir utiliser le placement de produits dans le but systématique de faire croître les ventes, c'est miser sur une crédulité du spectateur / consommateur qui n'est plus de mise. De nombreux cas anecdotiques sont souvent évoqués avec des pourcentages à faire pâlir d'envie n'importe quel marketer. Mais ce sont des cas exceptionnels pour lesquels de surcroît, il n'a jamais pu être parfaitement isolé le rôle du placement de produits, par rapport à celui d'autres vecteurs de communication parallèles, ainsi que l'influence ou non de l'univers concurrentiel à ce moment là. Quant au coût, il n'y a aucune règle, si ce n'est qu'environ un tiers des placements au cinéma donne lieu à un paiement direct, les deux autres tiers sont fondés sur un échange marchandises. Et quelques placements demeurent totalement gratuits. Parce que le réalisateur apprécie la marque, parce que le scénario exigeait tel produit, parce que la marque est passée dans le champ de la caméra...

Un exemple de placement de produit raté (stratégie adoptée, mise en application, coût, résultat, ...) ?

Permettez-moi de botter en touche pour cette question et de laisser les internautes visiteurs de marketingrama.com se faire leur propre idée. Il est certain qu'ils auront tous en tête - malheureusement - de nombreux exemples, passés et récents. Le placement raté est l'inverse du précédent. Autrement dit celui que l'on remarque parce qu'il ne paraît pas naturel et/ou parce que sa proéminence à l'écran est particulièrement exagérée et qu'elle pollue alors la scène. Le logo d'une automobile sur lequel la caméra va longuement s'arrêter alors même parfois que l'action continue par ailleurs (!) ; tel acteur qui semble s'être senti "obligé" de mentionner un nom de marque dans sa réplique (à plusieurs reprises parfois) alors que cela n'apporte absolument rien à l'histoire ; des personnages qui paraissent étrangement figés à l'occasion d'une scène parce qu'une marque figure en arrière plan... Triste pour le film. Triste pour le metteur en scène. Triste pour la marque ou le produit !

Les règles d'or du placement de produit ?

La question est intéressante, mais s'il existait des règles d'or, il n'y aurait jamais plus de "mauvais" placements de produits ou de marques au cinéma... Dans le livre, je tente de lister d'une part les facteurs conditionnant le coût d'un placement et d'autre part, les points à considérer lors de l'établissement d'un contrat. Ces check-lists; établies à la suite d'échanges avec les professionnels du secteur, ne revendiquent pas l'exhaustivité bien sûr, mais simplement les bases qu'il convient de respecter pour limiter les risques d'échec. A leur lecture, on se rend vite compte de ce qui à l'évidence n'a pas été respecté dans tel ou tel exemple de placement, que l'on a pu voir au cinéma récemment. Le seul principe fondamental auquel il convient de ne pas déroger est celui de l'intégration de marque. La technique du placement de produits n'a d'intérêt que si justement l'intérêt est partagé entre les professionnels du cinéma et ceux de la marque. En d'autres termes, le but est de pouvoir réfléchir le plus en amont possible sur les différents produits et marques qui pourraient s'intégrer dans le scénario. En s'offrant une véritable place dans le scénario, la marque se crée un accès à l'attention consciente ou non du spectateur, et même dans certains cas à son appréciation. Or, il n'est pas besoin d'un discours dithyrambique de l'acteur ou de l'actrice principal en faveur du produit pour qu'il séduise le consommateur. Encore une fois, accordons-lui un peu de maturité et de perspicacité et l'image de la marque s'en trouvera grandie. Il importe juste que l'apparition de ladite marque ou du produit soit cohérente et logique par rapport au contexte de l'histoire, aux personnages et tout simplement par rapport à la scène concernée. Cette "clé" entrouvrant la porte de la réussite de l'opération peut paraître simple mais, concrètement, elle signifie l'implication de nombreux intervenants, du producteur aux acteurs, en passant bien sûr par le metteur, l'accessoiriste... d'une part et d'autre part un marketer et son éventuel agent réellement impliqués eux aussi de savoir de quelle manière la marque sera intégrée.

Les critères de contrôle du ROI ?

Il n'est pas de bon marketing qui ne puisse présenter des résultats chiffrés, dit-on... Pourtant, les indicateurs de la performance et du ROI disponibles ne sont pas toujours pertinents, ou en tout cas d'une précision suffisante pour permettre une attribution sans faille à telle ou telle variable de x% de progression du chiffre d'affaires. Aujourd'hui pourtant, plusieurs entreprises (iTVX, Nielsen Media Research avec Place*Views database et Nielsen BuzzMetrics, IAG Research avec In-Program Performance Service, Intelliseek, Brand Advisors et TNS Media Intelligence avec Branded Entertainment Reporting Service...) proposent des solutions adaptées au placement de produits dans les films et à la télévision. La plupart de ces outils sont performants pour identifier un score de notoriété ou d'image, ou même calculer un équivalent grp. Mais lorsqu'il s'agit de déterminer un impact sur les ventes de tel ou tel bien, leurs limites sont naturellement vite atteintes. Hors de question de leur jeter pour autant la pierre, le consommateur moderne multifacette surinformé génère de plus en plus un processus de décision d'achat par trop complexe, pour pouvoir isoler la stricte influence de l'impact d'un placement de produits. En fait, cette question en appelle une autre. Le placement de produits est-il la solution miracle à la fragmentation que nous évoquions au début de cet entretien. La réponse est non naturellement. Le branded entertainment est un vecteur de communication complémentaire, bénéficiant de nombreux atouts certes. Mais il ne saurait en aucun cas prétendre à remplacer tous les autres. Le seul double conseil à son sujet est d'une part de toujours préserver l'image de la marque, et d'autre part de veiller à l'utiliser avec respect du support et du consommateur, afin qu'il puisse être longtemps encore l'un des modes d'expression de la marque et de ses produits.

Jean-Marc, merci pour vos riches éclaircissements sur le placement de produit

Acheter ce livre sur Amazon.fr

Billets connexes :
Le placement de produit ou "Comment faire de la pub dans les films ?"
Le placement de produit, suite


Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca! Marketingrama ! Memes Ca!Memes Ca!
Thme original par Stphane Sulikowski