Leweb3 is over Je vous ai déjà causé du 1er jour du LeWeb3. Et le 2nd jour alors ? Il fut folklorique pour tous les participants et risqué pour Loïc. L'agenda avait été revu au dernier moment pour que les politiques puissent faire une incursion (immersion ?) dans la "webosphère". Shimon Peres, François Bayrou et Nicolas Sarkozy ont donc répondu présents pour cette 2nde journée. Ségolène Royal a lâché l'affaire. Nombreux sont les comptes-rendus du LeWeb3 donc, pour changer, je vais me consacrer à la petite histoire concernant les interventions des hommes politiques, la crispation des médias "traditionnels" et la "Loïc's attitude". Très surprenante journée avec en fil rouge "ki ki veut le pouvoir ?".

Les interventions des politiques ont été d'inégale qualité mais surtout le défilement des politiques m'a laissé un goût amer. J'étais venu pour voir des entreprenautes, des dirigeants, découvrir de nouvelles idées, accéder à un partage des meilleures pratiques internationales et je me suis retrouvé à écouter des hommes politiques qui avaient le sens de la phrase mais manquaient de vision business. Je pondère forcément cette remarque en soulignant que l'intervention de Shimon Peres fut un moment rare et intense. Quelques citations : "The world is not in a mess, the world is pregnant... A new age is coming... Optimistics and pessimistics die in the same way but they live in a different way... In the Middle East, you have 2 kinds of countries : oily countries and holy countries..." Un grand monsieur qu'il est toujours impressionnant de voir. Ensuite est venu François Bayrou, version "sans filet". Loïc ne lui avait pas simplifié la tâche en lui proposant un ami pour assurer la traduction et en instaurant un dialogue avec la salle. Résultat des courses : François Bayrou surveillait les traductions parfois approximatives et a balancé un "comme on dit dans le monde littéraire, la traduction est une trahison". Ambiance, ambiance. Quand à Nicolas Sarkozy, ce fut le show. Entre l'intervention de François Bayrou et celle de Nicolas Sarkozy, il y a eu 3 heures mais 3 heures qui ont compté : entre-temps, une cabine de traduction a été installée, des cars de CRS ont été ajoutés et surtout, Nicolas Sarkozy est arrivé avec un discours politique rédigé de 15 minutes et une nuée de journaliste. C'était un peu la cour de Versailles. Je ne jugerai pas sur le fond de l'intervention mais dirai simplement que, sur la forme, cette intervention n'avait pas sa place au Leweb3. Pourquoi? Parce que Leweb3 n'était pas un meeting politique, surtout à 600€ et surtout en présence de participants de 36 pays dans la salle. Qu'importe dirait Machiavel : à part les participants à l'évènement, personne ne saura le contexte de son intervention. Et là était bien le but : obtenir une tribune pour parler de son programme Internet qui pourra être repris ultérieurement par les médias. Précision : Ségolène Royal a refusé de venir à l'évènement mais je doute qu'elle aurait joué la carte de l'impro / du dialogue avec la salle. L'imprévu ne fait pas parti du mode de fonctionnement de ces 2 candidats.

Après les politiques, les journalistes. Ah, les journalistes qui se sentent obligés de montrer leur intégrité et de souligner leur impartialité. 2 exemples : lors de l'intervention de Shimon Peres, malgré les recommandations répétées de Loïc avant son arrivée, une journaliste de i>télé n'a pas pu s'empécher de poser une question hors - sujet du genre "que pensez-vous du fait qu'il a été recommandé au ministre israélien des infrastructures de ne pas évoquer l'arme nucléaire israélienne ?" No comments. Seconde anecdote : Après que François Bayrou ait dit que les médias traditionnels / puissants ne lui accordaient pas la même place qu'à Sarko ou Ségo, Elkabbach et la chef d'i>télé sont montés sur scène à l'imprévu, sans y être invités pour dire leur vérité et se justifier. Sérieux, faut arréter, les participants étrangers se foutent de ces gueguerres franco-françaises.

Et Loïc alors ? Il est clair que leweb3 était le Loic's show. Est-ce un problème ? Absolument pas, tant que l'audience s'y retrouve. Force est de constater que Loïc a fait aussi sa campagne présidentielle pour Sarkozy. Loïc a été rattrapé par le mortar, par la quête du pouvoir. Il m'a fait penser aux rappeurs qui dénoncent le système établi et qui, dès qu'ils ont un peu de succès, retombent dans les clichés contre lesquels ils se sont érigés. Le web3 est né de la volonté de Loic de faire un évènement d'envergure mondiale en France et il y est arrivé (un très grand bravo !). J'ai adoré le concept et je ne participerai donc pas au lynchage (facile) en lui reprochant l'instrumentalisation déplacée de cet évènement au profit de ses visées politiques. Il est comme un rappeur qui a un peu de succès mais aussi comme Zidane : il a des failles et çà le rend humain. Comme pour le dépôt de la marque "web 2.0", la blogosphère aime bien monter en épingle les affaires mais, au final, c'est une tempête dans un verre d'eau. Pour compléter, je citerai Shimon Peres : "la démocratie, c'est avoir le droit de faire des erreurs mais l'obligation de les corriger ensuite".

Au final, le bilan de l'évènement reste très largement positif. Félicitations aux organisateurs et merci pour cet effort de dynamisation du web en France. Autant les conférences ont été moins riches que ce que j'anticipais, autant le networking réalisé a été plus riche que ce que je pensais donc ca roule. Sans parler de la soirée Netvibes qui était top parait-il (pas pu y aller, argh). L'année prochaine, je prendrai ma place plus tôt pour Leweb4. D'ailleurs, je vais faire çà rapidement chez Jeremie. ;o)

Des commentaires ?